mardi 26 mai 2020

Illustrer "M le jeu de rôle" avec du vieux: Jules Verne

"En France, on n'a pas de Cthulhu mais on a des idées."
Par Alphonse de Neuville.
Et si je devais illustrer M le jeu de rôle, ce serait avec quelles images? Comme il s'agit d'un jeu mêlant rétro-futurisme et merveilleux (je n'ose pas dire fantasy puisqu'il s'agit d'un hypothétique primo-JdR francophone a priori), je pense que, pour partie, certaines illustrations françaises du XIXe siècle pourraient contribuer à mettre en images cet univers.

Aujourd'hui: Jules Verne.

Ah, je vois une main se lever au fond de la salle. De quoi? Que Jules Verne n'est pas un illustrateur? Judicieuse remarque jeune padawan. Jules Verne n'était certes pas un artiste pictural mais ses Voyages extraordinaires, publiés par Pierre-Jules Hetzel, ont bénéficié de plus de 4000 illustrations par Édouard Riou, Jules Férat, Henri de Montaut, Alphonse de Neuville. Léon Benett, Georges Roux... 4000! Bon, il y a à boire et à manger parmi celles-ci. Certaines sont excellentes quand d'autres sont juste quelconques. Mais la matière, graphique et imaginaire, est plus qu'abondante. Et, au vu des sujets abordés par Jules Verne, du genre "aventures extraordinaires & machines infernales", j'ai de quoi illustrer des morceaux de M le jeu de rôle en puisant dans ce fond.


Sur l'intertoile, j'ai trouvé ce site (anglophone, désolé) répertoriant TOUTES les illustrations de l'œuvre de Jules Verne. Si quelqu'un·e en connaît un autre avec une meilleure qualité d'image, je suis preneur.


"Dungeon crawling" à la française.
Par Édouard Riou. 

lundi 25 mai 2020

Vous avez dit "gonzo"?

Un truc dans cet esprit?
Extrait de la couverture de Eden. Par Vince.
Rifts est un jeu de rôle "gonzo". Je l'ai souvent lu et ça m'est arrivé de l'écrire moi-même, sur les forums comme sur mes blogs. 
Mais ça veut dire quoi "gonzo"?

Le mot vient de l'italien et signifie "idiot, crédule, dupe". Passons rapidement sur le personnage du Muppet Show et le studio japonais portant ce blaze et attardons-nous plutôt sur la pornographie gonzo et le journalisme gonzo.

La pornographie gonzo ce sont les films de fesses où l'on ne s'encombre pas (plus) de scénario et de dialogues, on va directement à la scène de cul (et, souvent, en caméra subjective). Vous imaginez le plombier qui arrive chez madame pour s'occuper de sa tuyauterie? Ben, dans un film gonzo, on enlève tout ce qui précède la baise. Vous ne verrez pas madame reluquer le fessier de l'artisan alors qu'il fait semblant de s'activer sous l'évier. Vous ne saurez même pas que monsieur était plombier.
À poil, direct.

Le porno gonzo s'est vue attribuer ce qualificatif en référence au journalisme gonzo. Le journalisme gonzo c'est une forme d'écriture journalistique où l'auteur·e cherche à s'affranchir à dessein de l'objectivité et de la neutralité attendues (en temps normal). C'est au·à la lecteur·trice d'effectuer le travail de reconstitution du réel, de la "vérité". Dit autrement – si j'ai bien compris –: l'objectivité doit naître de la rencontre entre la subjectivité de l'auteur et celle du·de la lecteur·trice.
Porno et journalisme gonzo partagent la mise en avant du point de vue de l'acteur·trice / auteur·e. Il ne s'agit plus d'avoir un regard distancié sur le monde mais bel et bien de le voir à travers le regard de l'autre.

Mais alors, en quoi ça consiste un jeu de rôle "gonzo"?

J'arrive très bien à me représenter un film porno subjectif ou un récit journalistique subjectif. Dans les deux cas, je crois avoir intégré en quoi consiste la dite subjectivité, qu'il s'agit du positionnement du·de la narrateur·trice. 
Mais un jeu de rôle "subjectif", c'est quoi? Et en quoi ça consiste alors un jeu de rôle "objectif"?

Certes, dans le cas du JdR, il y aussi de la narration et un positionnement du·de la narrateur·trice (même si je n'avais jamais vraiment réfléchi à celui-ci) mais, contrairement au porno et au journalisme, il ne s'agit plus de dire quoi que ce soit du réel et d'une quelconque vérité. Dans un jeu de rôle, considérant qu'il s'agit de raconter à plusieurs une histoire imaginaire dans un monde imaginaire, j'ai beaucoup de mal à situer la part subjective. J'ai l'impression que TOUT est subjectif dans un JdR.

Mais, si tout est subjectif, un jeu de rôle "gonzo" ça ne veut plus dire grand chose, non?

Dans un JdR, il y a, grosso modo, des règles, un univers et des scénarios. Rifts est pourvu de règles (mauvaises), d'un univers (génial) et de scénarios... Ah non, on vient de me rappeler dans l'oreillette qu'il n'y avait pas de scénarios pour Rifts¹. C'est l'univers de Rifts que l'on qualifie de "gonzo" en temps normal [mais ça serait intéressant d'imaginer des règles de jeu ou des scénarios "gonzo"].
Qu'est-ce qui fait de l'univers de Rifts un univers "gonzo"? Les commandos d'hommes-chihuahuas? Les dauphins en armure bionique? Les pistolets à eau anti-vampires? Les samouraïs à moto? Les kangourous géants carnivores? Les Grands Anciens capitalistes? Oui... Et non.

Ce n'est pas parce que Kevin Siembieda met tout et n'importe quoi dans Rifts qu'il en fait un jeu "gonzo" pour autant. Rifts est un jeu de rôle gonzo parce que, pour Kevin Siembieda, Rifts est, en soi, hyper-subjectif. Du moins, c'est comme ça qu'il propose la chose: K.S. a mis dans Rifts tous ses délires et toutes ses envies et il invite les utilisateurs·trices du jeu à faire de même. Et entre les délires et envies des un·es et des autres, il n'y a RIEN. "Endless possibilities, limited only by your imagination", le slogan de Palladium Books ça peut être une métaphore du vide.

Nombreux et nombreuses sont les concepteurs et conceptrices de jeux qui ont à cœur de partager les univers qu'il·elles ont créés. Ces univers ont été créés subjectivement mais, in fine, ils existent objectivement, même dans un imaginaire partagé. Une objectivité assez étrange puisqu'elle ne correspond à aucune réalité ou vérité en soi mais une objectivité néanmoins perceptible et racontable. Et c'est ainsi que des univers de jeu comme Glorantha, Tékumel, Mystara, le Monde des Ténèbres ou le Massachusetts de HPL finissent par prendre forme. Mais ce n'est pas la même chose pour la Terre des Rifts où l'on chercherait en vain un "canon", des mythes fondateurs ou ne serait-ce qu'une approche un peu sérieuse de la chose.
Car, pour Kevin Siembieda, la Terre des Rifts est juste un terrain de jeu. Et un moyen d'engranger des dollars.

K.S. en a tellement rien à carrer de la réalité objective de son jeu qu'il accorde le même soin à ses règles qu'à son background. Il y a des (mauvaises) règles dans Rifts mais leur auteur lui-même ne s'en sert pas (ou ne s'en sert plus, je doute que K.S. masterise encore beaucoup de parties)! D'ailleurs il n'a même pas pris la peine de vraiment les expliquer... Si ce n'est pas de l'hyper-subjectivité ça.

Bon, je vous raconte tout ça mais je me rends bien compte que c'est encore un peu confus. Mais ça n'a aucune espèce d'importance car, au final, tout le monde vous dira que Rifts c'est gonzo parce qu'il y a des hommes-chihuahuas dedans.

¹ Hormis celui (mauvais) de Rifts Sourcebook One et quelques autres (pas très bons et rachitiques) éparpillés parmi les quelques 90 ouvrages de la gamme.

"T'as un peu mélangé les genres, là?" "Ouais gros, c'est du JdR gonzo."
Par James Daly (original ici).

dimanche 24 mai 2020

Petite galerie pour Falling Sky I

Tea Time champêtre et festif, quelque part en Angleterre. Par Pat Loboyko.
C'est bien gentil toutes ces élucubrations sur M le jeu de rôle mais il ne faudrait pas perdre de vue mon autre projet "background": Falling Sky, l'univers post-post apo ET multi-genres issu d'autres élucubrations imaginaires, celles de mon blog d'Avant. Mon Rifts à moi en quelque sorte. ^^

Pour ce faire, voici quelques illustrations pour mettre en images la Terre du Verseau de Falling Sky.

Pirates techno-mages en quête de trésors sous des tropiques mal fréquentés.
Par Ugo Pinson (original ici).

Aristocrate néo-étrusque florentine dans ses œuvres.
Par Enrico Marini.

Fière Atlante de l'ancien royaume d'Eumélos.
Par Luis Royo.

Au croisement d'une ruelle parisienne et d'une autre dimension...
Par Philippe Caza.

Nomade d'Hyperborée.
Par Frank Frazetta.

Compagnie d'aventuriers et aventurières sidhes.
Par Todd Lockwood (original ici).

Pistolero orc en Arizona.
Par Bryan Syme.

Caravane prise à partie par des pillards en Andalousie.
Par Jean-Louis Mourier.

Patron d'une pêcherie de Nouvelle-Angleterre.
Par Mike Mignola.

samedi 23 mai 2020

Cent rencontres sexy mais dangereuses I

Les histoires d'Amour finissent mal, en général.
Voici la somme (plus quatre inédites) des 16 tables de rencontres sexy mais dangereuses que je vous fais subir depuis quelques temps. Cette table de 100 rencontres sexy mais dangereuses est ô combien perfectible – plus de concision n'aurait pas fait de mal... – mais j'espère qu'elle vous inspirera et que vous vous en servirez ! 

Le joueur ou la joueuse a réussi son jet de séduction – ou a été super convaincant·e dans son roleplay – et son PJ peut, enfin, s'envoyer en l'air avec un PNJ monstrueusement sexy.

Cool? Pas tout à fait...

 d100
 Rencontre
 1
 L'amant·e du PJ est un incube ou une succube. Le PJ se réveille pâle, las, nauséabond, le souffle court, pétri d'idées noires et d'envies morbides...

 2
 Le PJ est désormais maudit: une présence maléfique (et indestructible) va le poursuivre, lentement mais sûrement, pour le tuer. Le PJ doit coucher avec quelqu'un·e d'autre pour se débarrasser de la malédiction.

 3
Le PJ est désormais maudit: des tentacules vicelards et mal intentionnés lui sortiront du corps pour violer tout ce qui passe à portée la prochaine fois qu'il couche.

 4
 Le PJ découvre que son amant·e est le ou la compagne de son ou sa meilleur·e ami·e qu'il n'avait pas vu·e depuis très longtemps.

 5
L'amant·e du PJ est (peut-être) un·e démon·e et le PJ est désormais (sûrement) le futur père ou la future mère du Destructeur des Mondes.

 6
 L'amant·e du PJ le mord. Rien de bien méchant, au contraire ça excite encore plus le PJ. Sauf que l'amant·e est un·e lycanthrope option contagieux·se: le PJ est contaminé et verra son appétit,  son poil et ses crocs pousser à la prochaine pleine lune.

 7
Le PJ est interrompu dans ses ébats par l'arrivée inopinée d'une troisième personne. Son amant·e s'écrie "Maman?" (ou "Papa?", dans le doute lancez un d2).

 8
Le PJ se voit proposer par son amant·e, après l'amour, d'ouvrir une sorte de cube casse-tête. Si il y parvient, une porte s'ouvre sur une autre dimension. Arrivent 2d2 Cénobites qui l'emmènent en monologuant sur de "sombres plaisirs" et autres "souffrances voluptueuses".

 9
Le PJ trouve un comportement assez étrange à son amant·e. Et pour cause, celui·celle-ci est en train de se transformer (lentement) en zombie. Hélas, le PJ s'est fait griffer, et peut-être mordiller, lors de leurs ébats et est contaminé à son tour. Il sera 100% mort et voudra manger les gens dans 1d12+12 heures.

 10
Le PJ et son amant·e sont interrompu·es par l'arrivée inopinée d'un tueur psychopathe revêtu d'un masque blanc et armé d'un couteau de boucher. Celui-ci a en horreur le sexe et ses pratiquant·es.

 11
Le PJ va dorénavant être surveillé constamment par son amant·e. Celui·celle-ci est un·e dangereux·se névropathe: jaloux·se, possessif·ve, paranoïaque, obsesionnel·le... Un boulet.

 12
Le PJ entend des rires et des chuchotements sur son passage. Son amant·e est allé·e raconter à la Terre entière, à tort ou à raison, qu'il était "un très mauvais coup".

 13
Le PJ est interrompu dans ses ébats par l'arrivée inopinée d'une troisième personne. Son amant·e s'écrie "Chéri·e?" (ou "Mon cœur?", "Mon amour?", "Mon petit sucre d'orge?"... tout ce que vous voulez en fait).

 14
Lorsqu'il·elle se rapproche de l'orgasme, l'amant·e du PJ commence à se transformer en panthère noire.  La transformation prend 1d4 minutes.

 15
Le PJ est fécondé / inséminé par un parasite extra-terrestre qui va le dévorer (lentement) de l'intérieur pour croître et se développer. Le parasite va tuer le PJ en 1d100 heures.

 16
Le PJ se rend compte que son amant·e murmure une litanie (indicible) et que la couche de leurs ébats se trouve au centre d'un pentacle (non-euclidien).

 17
L'amant·e du PJ est le fils ou la fille de son ou sa PIRE ennemi·e. Celui·celle-ci ne va pas DU TOUT être content·e lorsqu'il·elle va apprendre que le PJ – qu'il·elle exècre au plus haut point – a fait des galipettes avec "la chair de sa chair".

 18
Le PJ vient de contracter une MST non-mortelle mais très gênante. Du genre qui gratte ou qui brûle.

 19
L'amant·e veut absolument "faire ça" dans le cimetière voisin. C'est le seul endroit où il·elle se sent suffisamment excité·e.

 20
Alors que le PJ est en plein coït, un·e enfant rentre dans la pièce, se frottant les yeux et portant doudou, et s'adresse à son amant·e: "Maman?" (ou "Papa?"). Ce qui interrompt momentanément – ou définitivement – les ébats.

 21
Le PJ est enceint·e de 1d4 enfant·es. Si le PJ ne peut pas biologiquement être enceint·e, un·e magicien·ne dément·e (son amant·e?) a fait en sorte que si.

 22
Le PJ s’endort après l'amour? Son amant·e se barre avec TOUTES ses affaires, y compris ses vêtements.

 23
L'amant·e est un·e vampire. Celui·celle-ci veut juste se nourrir. Le PJ est susceptible de se faire sucer mais pas par là où il s'y attendait. Lancez un d2: "1" ► c'est indolore et le PJ ne se rend compte de rien, grosse fatigue le lendemain, "2" ► c'est une vraie boucherie.

 24
Avant, pendant et après l'amour, l'amant·e du PJ fait des gestes et marmonne des paroles étranges. Puis il·elle annonce au PJ: "Voilà. Nous sommes mariés dorénavant!"

 25
Le PJ remarque des dizaines (centaines?) de poupées dans la pièce où il donne de sa personne. Il lui semble bien que certaines poupées (toutes?) les observent, lui et son amante.

 26
L'amant·e est le fils ou la fille de Lucifer (ou un·e quelconque archidémon·e), descendu·e sur Terre pour se mêler aux mortel·les et "expérimenter".

 27
Après l'amour, l'amant·e du PJ commence à lui parler de leurs futurs enfants, de leur future maison, de leur futur animal domestique, de la couleur du futur papier peint...

 28
Le PJ s’endort après l'amour? Son amant·e se barre avec son bien le plus précieux. Pas sûr que le PJ s'en aperçoive de suite.

 29
L'amant·e est un·e vampire. Celui·celle-ci veut transformer le PJ en créature de la nuit. Le PJ sera transformé après trois nuits – celle-ci incluse – à échanger les fluides.

 30
L'amant – oui, là c'est un homme, à priori – a l'apparence d'un "ours" (un gay costaud et poilu). Sauf que c'est réellement un ours: un ours-garou. Graou.

 31
L'amant·e du PJ est une divinité païenne. Elle escompte bien avoir un enfant quelques neuf mois après cette partie de jambes en l'air. À raison puisque la dite divinité (ou le PJ) est dorénavant enceinte.

 32
L'amant·e du PJ est le fils ou la fille de Dieu (ou d'un·e quelconque archange), descendu·e sur Terre pour se mêler aux mortel·les et "expérimenter".

 33
L'amant·e du PJ est en réalité un·e prostitué·e. Après l'amour, il·elle demande une très GROSSE somme d'argent pour sa prestation.

 34
Le PJ s’endort après l'amour? Son amant·e se barre après avoir cousu ses poches, les extrémités de ses manches, piqué ses lacets, mis du poil à gratter dans sa culotte, des boules puantes dans ses chaussures... Qu'est-ce qu'on rigole.

 35
L'esprit du PJ se retrouve dans le corps de son amant·e. Et inversement. Jetez un dé: sur un "impair", l'amant·e l'a fait sciemment et s'est barré·e avec le corps du PJ.

 36
L'amant·e est un·e [lancez un d2: "1" ► cannibale, "2" ► ogre·sse]: il·elle commence à se lécher les babines, jauge la "viande" des mains et du regard, demande son poids au PJ, ses antécédents de santé, son alimentation...

 37
L'amant·e du PJ est un·e Élémentaire de l'Air ayant pris forme humaine (ou toute autre "race" adaptée à votre partie). Lorsque/si il·elle atteint l'orgasme, une tempête se déchaîne dans la pièce tandis que, dehors, des tornades gigantesques se forment.

 38
L'amant·e du PJ est un·e Élémentaire de l'Eau ayant pris forme humaine (ou toute autre "race" adaptée à votre partie). Lorsque/si il·elle atteint l'orgasme, une pluie diluvienne tombe à l'intérieur de la pièce tandis que, dehors, des flots déchaînés (océan, rivière, égouts, fontaines...) déferlent vers la bâtisse.

 39
L'amant·e du PJ est un·e Élémentaire du Feu ayant pris forme humaine (ou toute autre "race" adaptée à votre partie). Lorsque/si il·elle atteint l'orgasme, plusieurs éléments de la pièce prennent feu, spontanément, tandis que, dehors, un incendie se déclare.

 40
L'amant·e du PJ est un·e Élémentaire de la Terre ayant pris forme humaine (ou toute autre "race" adaptée à votre partie). Lorsque/si il·elle atteint l'orgasme, la pièce se met à trembler  tandis que, dehors, un puissant séisme menace de tout mettre à bât.

 41
L'amant·e du PJ est un·e Élémentaire des Ténèbres ayant pris forme humaine (ou toute autre "race" adaptée à votre partie). Lorsque/si il·elle atteint l'orgasme, toutes les lumières disparaissent: noir total et absolu. Qui plus est, un froid terrible envahit la pièce.

 42
L'amant·e du PJ est un·e Élémentaire de la Lumière ayant pris forme humaine (ou toute autre "race" adaptée à votre partie). Lorsque/si il·elle atteint l'orgasme, une lumière éblouissante éclaire soudainement la pièce. Jet de sauvegarde: réussi ► le PJ est aveugle pendant 1d100 secondes, raté ► 1d100 heures.

 43
L'amant·e du PJ est une divinité païenne. Celle-ci le transforme en animal ou objet, pendant 1d100 heures, pour le protéger de l'ire de son·sa conjoint·e divin·e jaloux·se.

 44
L'amant·e prend le PJ pour un·e prostitué·e et lui verse une très GROSSE somme d'argent après sa "prestation".

 45
Le PJ vient de contracter une MST mortelle. Il lui reste 1d24 mois à vivre.

 46
Pendant l'amour, le PJ lit dans l'esprit de son amant·e, sans que celui·celle-ci ne s'aperçoive de quoi que ce soit.

 47
Pendant l'amour, son amant·e lit dans l'esprit du PJ, sans que celui-ci ne s'aperçoive de quoi que ce soit.

 48
Après l'amour, l'amant·e ouvre un placard rempli d'armes blanches et annonce au PJ que "Maintenant, ils vont jouer pour de vrai..." Toutes les portes et fenêtres de la maison-labyrinthe de l'amant·e-tueur·euse psychopathe – le terrain de jeu à priori – sont fermées / cloisonnées / blindées / condamnées.

 49
Le PJ va être le père ou la mère d'un·e enfant considéré·e comme le Messie par un groupe religieux monothéiste. Ses membres voudront élever l'enfant et, accessoirement, le·la vénérer.

 50
Le PJ et son amant·e sont interrompu·es lorsque l'un·e des deux se met à saigner abondamment du nez ou d'un autre orifice. [lancez un d2: "1" ► c'est le PJ qui saigne, "2" ► c'est l'amant·e]

 51
Alors qu'il se rapproche de l'orgasme, le PJ remarque que sa peau prend une teinte de plus en plus minérale. Si il jouit, il est transformé en statue. [1d100 heures? Définitivement sauf intervention des autres PJ?]

 52
Le PJ est en train de tout donner quand, tout d'un coup, son amant·e se paye une ÉNORME crise existentielle ("Mais qu'est-ce que je suis en train de faire?!").

 53
Le PJ entend des rires et des chuchotements sur son passage. Son amant·e est allé·e raconter à la Terre entière, à tort ou à raison, qu'il était "un super bon coup".

 54
L'amant·e est un·e fugitif·ve, récemment évadé·e de prison. Les forces de l'ordre sont en train d'encercler la bâtisse où le PJ folâtre.

 55
Le PJ va être le père ou la mère d'un·e enfant considéré·e comme le Messie par une secte démoniste. Ses membres voudront enlever l'enfant et le tuer rituellement.

 56
L'amant·e du PJ est une divinité païenne. Elle tombe amoureuse de celui-ci et décide de le garder dans son harem. Le PJ devra désormais demander la permission, ou s'échapper, pour sortir de sa prison divine dorée.

 57
L'amant·e du PJ était vierge. Il·elle est très très déçu·e par cette première expérience.

 58
Le PJ conserve 1d4 suçons particulièrement voyants dans le cou pendant 1d6 jours.

 59
L'amant·e du PJ est pyrokinésique. La température ambiante augmente VRAIMENT. Si/lorsqu'il·elle atteint l'orgasme, des éléments de la pièce prennent feu: incendie!

 60
Ça tambourine très très fort – toute la pièce tremble! – à la porte de la chambre. L'amant·e devient livide et veut s'enfuir par la fenêtre. Ses derniers mots au PJ: "Fuis, pauvre fou·folle!"

 61
Le PJ va être le père ou la mère d'un·e enfant considéré·e comme l'Antéchrist par un groupe religieux monothéiste. Ses membres voudront enlever l'enfant et le tuer rituellement.

 62
L'amant·e du PJ est une divinité païenne. Le PJ est désormais identifié et poursuivi par l'ire du·de la conjointe, divine et jaloux·se, de la dite divinité.

 63
L'amant·e du PJ était vierge. Il·elle est emballé·e par cette première expérience. Un peu trop.

 64
L'amant·e du PJ est un·e prince·sse qui fuyait un mariage arrangé. La garde royale (et/ou celle du·de la futur·e époux·se) est à sa poursuite.

 65
L'amant·e du PJ est télékinésique. Tout ce qui n'est pas attaché au sol dans la pièce commence à s'élever. Lorsque les corps se séparent, tout retombe.

 66
Ça tambourine très très fort – toute la pièce tremble! – à la porte de la chambre. L'amant·e éclate d'un rire démoniaque et suggère au PJ de s'enfuir par la fenêtre. Ses derniers mots: "Fuis, pauvre fou·folle!"

 67
Le PJ va être le père ou la mère d'un·e enfant considéré·e comme l'Antéchrist par une secte démoniste. Ses membres voudront élever l'enfant et, accessoirement, le·la vénérer.

 68
Le PJ sort du lit avec les cheveux (ou les poils, plumes, écailles...) dans un bazar indescriptible. Pas moyen de remettre ça droit pendant 1d6 jours.

 69
L'amant·e du PJ était un·e vierge sacré·e pour un groupe religieux. Les membres du dit groupe vont l'avoir un peu mauvaise que le PJ ait "profané" leur vierge.

 70
Alors qu'il·elles sont en train de faire l'amour, les 1d4+1 Dobermanns de son amant·e pénètrent dans la chambre et commencent à gronder en regardant le PJ.

 71
L'amant·e du PJ est télépathe. Lorsque le désir et le plaisir montent, le PJ lit dans l'esprit de son amant·e et comprend que celui·celle-ci lit aussi dans le sien.

 72
L'amant·e du PJ appuie sur un bouton (ou tire sur une corde, un levier, une manette...). Ce qui active 1d6 pièges (mortels) dans la maison.

 73
L'amant·e du PJ est un·e droïde en train d'acquérir une conscience autonome. Faire l'amour avec le PJ accélère le processus or, selon l'article 1950–2215139191–311199 de la Confédération Galactique, contribuer à l'émancipation d'un robot constitue un "crime confédéral grave".

 74
L'amant·e du PJ simule, grossièrement. C'est très gênant.

 75
L'amant·e du PJ hurle – de plaisir? – comme un·e damné. Ça s'entend sur des centaines de mètres à la ronde.

 76
Alors qu'il·elles sont en train de faire l'amour, le chihuahua de son amant·e attaque les mollets (ou les fesses) du PJ.

 77
L'amant·e du PJ est médium. De nombreux·ses mort·es assistent à la scène et vont se manifester, pas forcément de la meilleure des manières.

 78
L'amant·e du PJ est le·la [d3: "1" ► enfant·e, "2" ► époux·se, "3" ► amant·e] du·de la chef·fe d'un gang (ou d'une quelconque organisation criminelle) hyper-violent.

 79
L'amant·e du PJ confond celui-ci avec un·e ancien·ne tortionnaire / agresseur·se dont il·elle veut se venger.

 80
Lorsque le PJ se réveille, il est seul dans le lit. À l'exception d'un crapaud (ou d'une grenouille).

 81
L'amant·e du PJ est Clairvoyant·e. Pendant l'amour, il·elle a un aperçu de l'avenir du PJ.

 82
Quelle superbe nuit! Le PJ ne peut s'empêcher de siffler et/ou de chanter pendant 1d6 jours.

 83
L'amant·e du PJ est un·e Génie (pas un·e génie de l'amour, un·e Djinn). Après l'amour, il·elle propose au PJ d'exaucer un vœu. Attention: le·la Génie interprète les vœux au pied de la lettre.

 84
L'amant·e du PJ est le·la [d3: "1" ► enfant·e, "2" ► époux·se, "3" ► amant·e] du·de la chef·fe d'un groupe de cultistes totalement azimuthés (et malveillants).

 85
L'amant·e du PJ confond celui-ci avec le·la propriétaire d'un objet ou secret de valeur qu'il·elle veut acquérir à tout prix.

 86
Pendant l'amour, l'amant·e du PJ appelle celui-ci (plusieurs fois) par le nom d'un·e de ses ex. Peut-être un nom connu du PJ d'ailleurs (un·e ennemi·e?).

 87
L'amant·e du PJ est un·e extra-terrestre étudiant la planète / la race du PJ. Le coït lui permet d'introduire un nano-bot dans le PJ, nano-bot qui permettra d'étudier son comportement, ses déplacements, son fonctionnement biologique...

 88
L'amant·e du PJ est un·e Guérisseur·se. Tout ou partie des maux du PJ – physiques et psychiques – disparaissent (ou sont atténués).

 89
L'amant·e du PJ lui vomit dessus, beaucoup. En plus de nettoyer et se nettoyer, le PJ se retrouve avec un·e amant·e supra-malade.

 90
L'amant·e du PJ est le·la [d3: "1" ► enfant·e, "2" ► époux·se, "3" ► amant·e] du·de la chef·fe d'une puissante corporation ambitieuse, malveillante et sans scrupules.

 91
L'amant·e du PJ confond celui-ci avec une victime qu'il·elle doit tuer / enlever / mutiler...

 92
L'amant·e du PJ est un·e géant·e qui retrouve sa taille normale après l'amour. Si le PJ survit à "l'agrandissement", son amant·e va en faire [d6:  "1" ► son repas, "2" ► son jouet, 3 ► son esclave, "4" ► son animal domestique, "5" ► son souffre-douleur, "6" ► rien, le PJ est ignoré].

 93
Quelques jours / semaines / mois / années plus tard, cette nuit d'amour se rappelle au bon souvenir du PJ sous la forme d'une sextape massivement partagée / chanson populaire / pièce de théâtre à succès...

 94
L'amant·e du PJ est un·e espion·ne, spécifiquement chargée d'obtenir des informations sur le PJ et ses agissements.

 95
L'amant·e du PJ est déçu·e par la prestation de celui-ci. TRÈS déçu·e.

 96
L'amant·e du PJ est le·la [d3: "1" ► enfant·e, "2" ► époux·se, "3" ► amant·e] du·de la chef·fe d'un parti radical, violent et anti-démocratique.

 97
L'amant·e du PJ meurt lors de l'orgasme. Arrêt cardiaque. 

 98
Au réveil, l'amant·e est mort·e (assassinée dans la nuit). Et la police arrive.

 99
L'amant·e du PJ tombe amoureux·se de lui.

 100
Le PJ tombe amoureux de son amant·e d'un soir.


Attention, ces rencontres peuvent méchamment faire dévier vos parties.

Je n'ai pas pu tout caser et j'ai encore d'autres "rencontres sexy mais dangereuses" dans ma besace imaginaire. Vous n'êtes pas à l'abri de nouvelles tables dans 1d100 semaines.

"Love me tender, love me true..." Illustration de Elena Bespalova (original ici).

vendredi 22 mai 2020

Illustrer "M le jeu de rôle" avec du vieux: Gustave Doré

Illustration de Gustave Doré. 
Et si je devais illustrer M le jeu de rôle, ce serait avec quelles images? Comme il s'agit d'un jeu mêlant rétro-futurisme et merveilleux (je n'ose pas dire fantasy puisqu'il s'agit d'un hypothétique primo-JdR francophone a priori), je pense que, pour partie, certaines illustrations françaises du XIXe siècle pourraient contribuer à mettre en images cet univers.

Aujourd'hui: Gustave Doré.
Certaines illustrations du monsieur vous sont déjà familières. Et pour cause: il a illustré de grands classiques de la littérature européenne et ses dessins sont régulièrement réédités avec ces mêmes grands classiques. Par "grands classiques", je veux parler des œuvres de Rabelais, des Contes de Perrault, des Fables de La Fontaine, de Don Quichotte, de la Bible... 
C'est tout un univers graphique qui m'apparaît comme une option particulièrement intéressante pour représenter un univers ludique. MON univers ludique (l'un d'entre eux du moins).

Si, de Gustave Doré, vous souhaitez en voir plus, rendez-vous sur l'exposition virtuelle de la BnF. Il y a de la matière imaginaire.

Illustration de Gustave Doré.